Fonctionnement économique

Dans sa « fonction de gouvernement » des affaires temporelles, l’archevêque s’appuie sur l’économe diocésain, administrateur des biens du diocèse selon le droit canon (can 494 § 3).

L’économe diocésain veille à la cohérence économique globale du diocèse sous les aspects canoniques, juridiques, fiscaux, immobiliers, humains, budgétaires, financiers et comptables. Il exerce sa fonction d’administrateur, sous l’autorité de l’archevêque, avec le contrôle du Commissaire aux Comptes et il rend compte, chaque année, au Conseil Diocésain des Affaires Économiques (CDAE).

Les conseils et les services

Autour de l’archevêque, des conseils et des services sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement du diocèse. Il en est de même pour la gestion économique. Ainsi, pour administrer les diverses questions qui relèvent de sa charge, l’économe diocésain est assisté de plusieurs organes de concertation.

Le Conseil Diocésain pour les Affaires Économiques (CDAE)

Le Conseil Diocésain pour les Affaires Économiques est présidé par l’archevêque, et il est composé de laïcs compétents dans les affaires économiques et juridiques ainsi que de prêtres expérimentés.

Sa mission :

  • Apporter son expertise et ses conseils en matière temporelle et financière
  • Approuver le budget et les comptes annuels
  • Donner un avis sur les orientations et les décisions importantes
  • Donner son consentement aux projets immobiliers supérieurs à 300 K€

La Commission Ressources Humaines (CRH)

La Commission Ressources Humaines est dirigée par l’économe diocésain, en tant que directeur du personnel. Elle est composée du vicaire général et de laïcs compétents en matière de RH et de droit social.

Sa mission :

  • Veiller à la conformité légale et réglementaire,
  • Contribuer à la réflexion sur les ressources humaines
  • Apporter, en cas de besoin, son soutien opérationnel à la gestion des ressources humaines (GRH).

La Commission Immobilière Diocésaine (CID)

La Commission Immobilière Diocésaine (CID) est présidée par un bénévole et animée par l’économe diocésain. Elle est composée de laïcs compétents en immobilier et en bâtiments.

Sa mission : bénévoles et salariés

  • Participer à la réflexion stratégique immobilière,
  • Valider, suivre et contrôler les projets immobiliers en veillant à leur cohérence diocésaine.

La Commission des Ressources Financières (CRF)

La Commission des Ressources Financières (CRF) est pilotée par l’économe diocésain. Elle est composée d’un curé de paroisse et de laïcs bénévoles et salariés compétents en marketing, communication financière, collecte de fonds, mécénat...

Avec une agence spécialisée en collecte de fonds, sa mission est de développer les ressources qui font vivre le diocèse : :

  • Denier,
  • Chantiers,
  • Vocations,
  • IFI,
  • Quêtes,
  • Casuel,
  • Offrandes de messe

L'équipe dons et legs / assurance vie

Là encore, une équipe composée de bénévoles compétents, animée par l’économe diocésain, est constituée pour répondre à toutes les questions et accompagner les candidats donateurs.

Les ressources

Conformément à la loi de 1905, l’Église ne perçoit aucune subvention de l’État français pour son activité cultuelle.

L’Église de France ne reçoit pas non plus de subside de la part du Vatican. Bien au contraire, elle participe au budget du Siège Apostolique, avec le Denier de Saint-Pierre et divers dons qui peuvent être faits par les diocèses.

Alors, sans subvention de l’État, ni du Vatican, l’Église de France vit principalement des « quatre grandes ressources » issues des dons des fidèles. S’y ajoutent des ressources exceptionnelles, telles que les dons et les legs ainsi que les produits financiers, dont le poids est de plus en plus important.

Le denier de l’Église

Le denier de l’Église est la contribution annuelle des catholiques à la vie de leur Église.

Il sert à rémunérer les prêtres en activité et à la retraite ainsi que les salariés du diocèse.
Le don au Denier permet à l’Église d’accomplir sa mission : annoncer la parole de Dieu, célébrer les grands moments de la vie et servir tout homme et toute femme qui le désire ou le nécessite.

L’Église propose de donner l’équivalent d’une ou deux journées de travail par an mais le montant de votre participation relève bien sûr d’un choix personnel.
Tout don, même modeste, est précieux !

Vous pouvez contribuer de diverses manières : en donnant par chèque ou en espèces, en optant pour le prélèvement automatique (notre préférence car cela simplifie les démarches pour vous comme pour nous) ou en donnant en ligne

La quête

La quête est le don qui permet d'aider votre paroisse chaque semaine.

C'est une ressource vitale pour votre paroisse qui sert à couvrir les frais de fonctionnement comme le chauffage, l’électricité, le fleurissement de l’église ou les différentes activités paroissiales.

L’Église invite les fidèles à donner au moins 2€ ou 5€ par famille. Cette offrande est libre et constitue avant tout un geste pour vivre la solidarité et la charité fraternelle entre les fidèles selon les principes de l’Évangile.

Certains dimanches, la quête dite « impérée » est affectée à un usage spécifique comme les vocations, les missions, la communication...

Le casuel

On appelle "casuel" la participation donnée lors d’un baptême, un mariage ou des funérailles.

Cette contribution permet de participer aux frais généraux de la paroisse et de couvrir les frais occasionnés par l’ouverture de l’église lors de ces célébrations (frais de chauffage ou d’électricité par exemple).

Le montant de la participation est laissé à l'appréciation de chacun. Néanmoins, l’Église propose des repères qui tiennent compte de la réalité des coûts : entre 100 et 300€ pour un mariage ou des obsèques ; don libre pour un baptême.

Les offrandes de messe

Chaque messe est célébrée pour l’Église et pour le monde entier. A la demande des fidèles, le prêtre peut ajouter une intention particulière : confier à la prière de la communauté un défunt, un malade, un jeune couple, un nouveau baptisé ...

Cette intention de messe est traditionnellement accompagnée d’une offrande : il s’agit d’un acte de partage de la part des fidèles.

Les offrandes sont centralisées par le diocèse et elles participent à la vie matérielle de l’ensemble de ses prêtres.

Vous pouvez adresser vos intentions de prière et vos offrandes à l’accueil de votre paroisse, auprès de votre curé, ou en ligne.

Le montant minimum recommandé est de 18€ par messe.

Kermesse, troncs, souscriptions, etc.

Ces ressources sont un complément indispensable pour la vie de la paroisse. Bien souvent, la quête du dimanche est insuffisante pour combler les dépenses courantes.

Dons, legs et assurance-vie

Léguer à l’Église catholique, c’est lui donner les moyens matériels lui permettant :

  • De poursuivre sa mission d’évangélisation, d’éducation, de prière et de soutien aux personnes en difficulté;
  • D’assurer l’entretien, la réparation et la construction de lieux de culte et de rassemblement...

L’Église est habilitée à recevoir des legs, des donations et des contrats d’assurance-vie qui sont totalement exonérés de droits de succession.

Vos contacts :

Mgr Jean-Pierre Ellul et M. Alain Gavoty
Association diocésaine de Marseille.
14, place Colonel Edon
13007 Marseille
Tel : 04 91 52 38 23
jecroisjelegue@adm13.fr

Les charges

Dans l’Eglise de France, comme pour toutes les entreprises de services, le poste principal des charges est constitué des traitements et des salaires. Dans le diocèse de Marseille, la traitement des prêtres représente 20% des charges, tandis que la rémunération des laïcs représente 15 % des charges.

À cela, il faut ajouter les frais de formation des prêtres, des séminaristes et des laïcs.

Viennent ensuite les charges liées à l’activité pastorale avec les subventions versées aux différents services (catéchèse, aumôneries, jeunes, familles, communication…), aux mouvements (radio, action catholique, œuvres caritatives…) et les frais de fonctionnement (fluides, assurances, loyers, bureautique, maintenance, entretien).

L’immobilier

Le diocèse de Marseille doit assumer un coût de l’immobilier très important.

L'entretien de son patrimoine (ecclésial et logements) est d'environ 800 K€ par an.

L'investissement se situe entre 1000 K€ et 1500 K€, chaque année à titre d’investissement, pour :

  • Entretenir ou restaurer les 61 églises et chapelles qui appartiennent au diocèse
  • Réhabiliter, agrandir ou créer des presbytères afin de loger convenablement les prêtres
  • Réaménager, mettre aux normes de sécurité, d’hygiène et d’accessibilité les salles paroissiales pour accueillir correctement les enfants catéchisés et les paroissiens.

Ces investissements immobiliers sont financés par les ressources exceptionnelles (dons et legs, ventes immobilières).

divider_wave_grey

en ce moment

à Marseille

Publications
récentes

Plus d’actualités →

25maiToute la journée29Pèlerinage diocésain à Lourdes(Toute la journée)

04juin20h3022h30Confirmation des adultes20h30 - 22h30 Cathédrale de La Major

25juinToute la journéeXème rencontre mondiale des familles à Cotignac(Toute la journée: samedi) Cotignac

Charles de Foucauld, itinéraire de conversions