Retraite des prêtres du diocèse à Notre-Dame du Laus : témoignage

post_thumnail_single_post_sample

Ma retraite à Notre-Dame du Laus avec les confrères du Diocèse a été marquée par la publication du rapport de la Commission Indépendante sur les Abus Sexuels dans l’Eglise (Ciase). Difficile de rester à l’écart, de garder la distance avec les informations sur nos appareils connectés ou sur le journal papier dans la salle de lecture.

Notre archevêque nous a rejoints et n’a pu rester que 3 jours avec nous, mais suffisamment pour solliciter notre prière d’intercession, grâce à ses mots, son regard, son silence et l’intensité de sa prière pendant les 2 messes qu’il a célébrées avec nous. Il nous a confié quelques réflexions et nous a redit sa confiance envers nous, les prêtres de son presbyterium : une parole de père !
Les causeries du prédicateur sont passées comme en arrière-plan tant la sidération ou l’accablement nous ont envahi jusque dans le silence des temps de prière. Comment pouvait-il en être autrement ? Mais la vie et les quelques intuitions spirituelles de St Ignace qu’il nous a présentées ont pu nourrir nos âmes et nous aider à trouver de la paix dans la recherche et le discernement de la volonté de Dieu.

Alors, malgré ces tensions intérieures, je me suis présenté sous le regard du Seigneur, tel quel, dans les temps d’oraison, avec toutes mes distractions, mes pensées, mes souvenirs, mes questions, et en soupirant parfois comme un enfant qui a fini de pleurer, auprès de Marie, « Refuge des pécheurs », comme on se plaît à l’appeler ici.

En allant au mémorial de l’apparition de Pindreau, en contrebas de la colline, j’ai prié au pied de Marie, au doux soleil de l’après-midi dans un ciel bleu tout pur. La Douce Mère a donné en ce lieu un message à la voyante, Benoîte Rencurel, pour qu’elle aille trouver une petite chapelle un peu plus haut (il s’agit de l’actuelle chapelle située dans le chœur de la Basilique construite autour), lui disant qu’elle y sentirait de suaves parfums.

Je n’ai rien senti comme odeur aujourd’hui, mais cela m’est déjà arrivé d’autres fois, et je ne suis pas le seul. Ce parfum mystérieux vient d’on ne sait où. Mais j’ai pensé à cette actualité nauséabonde de l’Eglise en France. Ici, Marie manifeste sa tendresse maternelle et pure qui lave nos âmes et apaise les esprits et les corps souillés par le péché, sous toutes ses formes. Qu’elle nous conduise vers ses parfums.

Père Jean-Christophe Leurent

Publié le 02 janvier 2022

Ces articles peuvent vous intéresser

ISTR : 30 ans de dialogue en Méditerranée

L’Institut de sciences et théologie des religions fête ses trente ans les…

Lire l’article →

Calendrier diocésain 2022/2023

Dimanche 25 septembre à 16h00 à la Major : messe de rentrée diocésaine, journée…

Lire l’article →

Père et fils en chemin

Le diocèse de Marseille propose un temps entre parenthèses pour les papas…

Lire l’article →

en ce moment

à Marseille

Publications
récentes

Plus d’actualités →

25sep16h0018h00Messe d’action de grâce pour le cardinalat de Mgr Jean-Marc Aveline16h00 - 18h00

30sep01oct30 ans de l'ISTR de Marseille9h30 - (octobre 1) 17h00

30sep01oct30 ans de l'ISTR de Marseille9h30 - (octobre 1) 17h00

Messe de rentrée du diocèse à suivre en direct sur KTO