Militaire et diacre: le parcours atypique de Sylvain

Crédit photo : Gaël Barrera

Les diacres permanents de l’Eglise catholique sont des hommes baptisés, mariés ou pas. Ils exercent entre autres des  missions liturgiques et de service. Comment s’articule cette vocation particulière au quotidien, entre église, vie familiale et professionnelle ? Nous avons interrogé Sylvain, père de quatre enfants, militaire de carrière et ordonné diacre pour le diocèse de Marseille le 30 avril dernier.

“Le Christ m’a toujours accompagné, maintenant je le sais”, confie Sylvain qui vient d’être ordonné diacre permanent pour le diocèse de Marseille, le 30 avril.

 

Pourtant le chemin vers le Christ n’a pas toujours été droit pour ce militaire de carrière, père de quatre enfants.

Issu d’une famille de tradition chrétienne, il a été baptisé, a fait sa première communion mais s’éloigne très vite de la foi suite au divorce de ses parents quand il a douze ans. Une « déchirure » marquante qui le conduit à un rejet profond de la foi. “A la manière de Paul, j’étais presque à chasser les chrétiens”, précise-t-il.

Pourtant s’amorce en lui petit à petit un retour à la foi. “Il a fallu longtemps, beaucoup de maturation et des événements malheureux comme la perte de notre enfant, il y a une dizaine d’années, cela m’a fait chercher le sens de la vie”.

Lors d’un séjour en Guyane, il se rend à la messe pour accompagner son épouse et ses enfants et à la lecture du missel de son fils, il est “pris par un flot”. La lecture des textes sacrés le touche profondément, il se sent comme irradié par ce qu’il lit. “Mon cœur s’est transformé, j’ai retrouvé un goût de la vie qui est à fleur de peau, au fond de moi, il y a eu comme une déchirure”.

Sylvain fait un parallèle entre son retour à la foi et la parabole du fils prodigue: “j’ai découvert un jour que Dieu était là, il me tendait les bras tel le père avec le fils prodigue, il m’attendait et je n’allais pas rester là avec les cochons manger des fèves, il fallait que je me réveille”, raconte-t-il.

 

Une vocation de diacre nourrie de lectures et de rencontres opportunes

 

Quant à son cheminement vers le diaconat, Sylvain évoque les « balises » qui ont jalonné son parcours, un accompagnement spirituel fort, un enchaînement de rencontres porteuses et l’envie de servir et de diffuser la parole autour de lui.

 

Dans sa vie professionnelle en tant que militaire, sa foi le porte aussi beaucoup lors des opérations extérieures. Il se rappelle notamment d’échanges avec les maronites du Liban ou des musulmans du Koweit. Pour lui, “la religion est un moyen d’aller à la rencontre de l ‘autre ».

 

Quant à son avenir en tant que diacre, tel un sycomore, il veut porter “celui qui veut voir la Christ” car “c’est quelque chose de magnifique”, conclut-il.

Ces articles peuvent vous intéresser

Le diocèse de Marseille à Lourdes !

Après deux années sans pèlerinage, le pèlerinage diocésain à Lourdes aura lieu…

Lire l’article →

La colocation solidaire avec Simon de Cyrène

Partager le quotidien de personnes valides et non-valides pour changer de regard…

Lire l’article →

Un nouveau site web au service de la communion

Après un an de travail, le diocèse de Marseille lance son nouveau…

Lire l’article →

en ce moment

à Marseille

Publications
récentes

Plus d’actualités →

25maiToute la journée29Pèlerinage diocésain à Lourdes(Toute la journée)

04juin20h3022h30Confirmation des adultes20h30 - 22h30 Cathédrale de La Major

25juinToute la journéeXème rencontre mondiale des familles à Cotignac(Toute la journée: samedi) Cotignac

Charles de Foucauld, itinéraire de conversions